HD Consulting
 

HD Consulting, conseil en recrutement et montée en compétence sur la région d'Arras.

06 02 42 09 51
71 rue jean Goujon, 62000 Dainville
HD Consulting
Parce qu'un manager doit pousser son équipe vers le haut !

Les clés aux entreprises pour optimiser l’emploi d’un alternant

20 Juin 2022 HD Consulting Recrutement

Beaucoup d’entreprises n’y pensent pas ou redoutent l’embauche d’un alternant. Toutefois ce type d’études est de plus en plus courant et présente de nombreux avantages. Le tout est de s’organiser pour que ce soit efficace pour vous et pour l’étudiant.
 

Les intérêts de l’embauche d’un alternant

Pour certains secteurs d’activité, le recrutement d’un alternant peut être une solution à la pénurie des profils en tension. Cette solution garantit pendant plusieurs mois la présence d’un employé et vous laisse la possibilité de le fidéliser.

En effet, pendant sa présence, l’étudiant pourra s'imprégner de la culture de votre entreprise, se familiariser avec les produits et les services. Vous avez également le loisir de lui apprendre une méthode de travail qui vous convient.

 

Le regard externe de la jeunesse

Au-delà de ces éléments, nous pouvons également apprendre des jeunes car ils apportent un œil neuf sur l’organisation de l’entreprise. Leur “naiveté” est synonyme de fraîcheur et si on sait les écouter, ils nous renvoient une image différente de l’organisation de la société. En exploitant cet avantage, le chef d’entreprise peut se trouver face aux points positifs ainsi qu’aux points négatifs. Libre à lui de s’en servir pour s’améliorer et rendre son entreprise plus attractive.
 

Les inconvénients peuvent se transformer en avantages

Ajoutons que les alternants, par principe, vont encore en cours et apprennent des nouvelles techniques de travail liées à votre domaine d’activité. Ils peuvent vous les transmettre si seulement on sait tendre l'oreille.

Certes les jeunes manquent également de compétences et demandent de l’attention. Toutefois, ils sont souvent volontaires, motivés et éprouvent le besoin de faire leur preuve, ce qui va les pousser à progresser.

 

Quels niveaux d’étude et quels domaines ?

L’alternance se généralise. Les entreprises et les centres de formation ont compris que l’alternance est une bonne alternative pour concilier les études parfois rébarbatives pour certains jeunes, et apporter une première expérience professionnelle aux futurs actifs. Il est de ce fait proposé du niveau CAP pour des métiers manuels jusqu’au niveau Bac+5 et plus.

Pour les études supérieures, les domaines sont variés : commerce, ingénieur, ressources humaines, industrie, communication, informatique, finance. Bref, de nos jours il est possible de trouver une alternance dans n’importe quel domaine d’activité.

Suivant le niveau, les objectifs ne sont pas les mêmes: 

  • Entre le Bac et le Bac+2, l’idée est de préparer les étudiants à des métiers concrets.

  • Il y a possibilité de faire une ou deux années supplémentaires de spécialisation.

  • Pour les Bac+5 et plus, l’alternance est souvent proposée la ou les 2 dernières années d’études afin de se préparer au milieu professionnel et commencer à acquérir une première expérience plus significative qu’un simple stage.

 

Quels contrats ?

Pour cela, il existe deux types de contrats :

  • contrat d’apprentissage : il vise à acquérir des connaissances théoriques, à les mettre en pratique dans le milieu professionnel. Il aboutit à un diplôme ou un titre.

  • contrat de professionnalisation : son objectif est de favoriser la réinsertion professionnelle. Il en résulte l’obtention d’un CQP (certificat de qualification professionnelle) qui est reconnu par les conventions collectives.

 

Part des alternants dans la scolarité

L’alternance est très courante voire indispensable pour des niveaux 3 ou 4 (CAP à Bac). Néanmoins, on constate que la tendance se généralise pour les niveaux de formation de 5 à 8 (Bac+2 et plus). En effet, en 2018, la part des alternants dans ces niveaux dépassait 40%.

En 2021, 62% des contrats d’apprentissage étaient destinés à des études supérieures dont la grande majorité pour les niveaux 5 et plus.

La solution n’est plus marginale mais belle et bien une tendance en croissance. Elle a été favorisée par les aides de l'État qui pourraient se terminer. Toutefois, les avantages sont à étudier en profondeur pour pallier aux difficultés de recrutement que les entreprises rencontrent de nos jours.

 

Coût d’un alternant

Il faut savoir que faire le choix de l’alternance revient à réaliser un recrutement en CDD. Vous avez donc un engagement moral d’une durée déterminée envers le jeune. L’objectif final est surtout de pouvoir transformer ce CDD en CDI à l’obtention du diplôme. Donc il faut englober le coût d’un recrutement classique dans l’évaluation du retour sur investissement de l’embauche d’un alternant.

Il faut savoir que malgré son contrat, l’alternant n’est pas compté dans les effectifs de l’entreprise. Cela peut influencer la prise de décision.

 

Coût de la formation

Dans le cadre du dispositif “1 jeune, 1 solution”, il existe des aides de l'État qui s’élèvent à 5k€ pour un mineur et 8k€ pour un majeur.

Les formations des alternants sont en partie financées par les taxes d’apprentissage et les taxes de formation professionnelle.

Le coût de la formation va dépendre de plusieurs critères :

  • l’OPCO dont dépend l’entreprise ;

  • la branche d'activité ;

  • le type de contrat : 

    • pour l’apprentissage, il y a 2 cas de figure :

      • les structures non assujetties aux taxes d’apprentissage devront verser au moins un tiers du coût de la formation totale ;

      • pour les autres structures, les taxes d’apprentissage  sont versées à l’organisme de formation.

    • pour la professionnalisation, l’OPCO prend en charge le financement grâce aux taxes de formation professionnelle.

 

Coût de la rémunération de l’apprenant

Pour ce qui est de la rémunération, il s’agit d’un pourcentage du SMIC en fonction du niveau d’apprentissage. Cela peut aller de 27% à 78% du SMIC en fonction du niveau d’étude et de l'âge de l’apprenant.

Pour les contrats de professionnalisation, les salaires varient de 55% à 80% du SMIC.

Pour ce qui est des charges sociales, il y a une exonération à hauteur de 79% du SMIC. Au-delà, les exonérations ne sont plus permises.

Pour avoir une évaluation plus précise du coût de l'alternance, vous pouvez vous rendre sur le simulateur de calcul mis en place sur le site du ministère du travail.

 

Les clés de la réussite

Une présence par intermittence

Avant tout, il faut garder en tête que l’employé ne sera pas toujours présent dans l’entreprise et qu’il ne faut pas le surcharger afin de lui laisser du temps pour les apprentissages théoriques de son école. L'alternance ne veut pas dire qu'il a moins de connaissances à acquérir. Au contraire, il doit apprendre une partie théorique toute aussi conséquente mais dans un temps scolaire réduit.

Une fois acté, le choix du projet devra tenir compte de ce détail. C’est donc l’occasion pour un professionnel de tester une nouvelle prestation pendant la période de l’alternance. Si l’essai est fructueux, la prestation pourra monter en puissance avec le jeune. Au bout de cette période, votre nouveau collaborateur (l’alternant en l’occurrence) sera le plus à même de faire vivre pleinement ce nouveau projet.

 

Le recrutement en soi

Dans tous les cas, le recrutement d’un alternant doit se réfléchir et se préparer afin d’être opérationnel dès l’arrivée du jeune dans l’entreprise.

Un autre intérêt à la préparation sera la rapidité de prise de décision au moment du recrutement, surtout dans les métiers en tension car les alternants sont également très sollicités et les candidats partent vite.

 

Comment mener l’entretien ?

A ce sujet, l’entretien d’embauche qui sera mené avec le jeune demande des adaptations en raison essentiellement de leur côté souvent introverti devant les professionnels qui les reçoivent. Ils peuvent se sentir impressionnés et perdre leurs moyens.

De plus, leur manque d'expérience dans l'exercice du recrutement fait qu'ils ne savent pas forcément mettre en évidence leurs compétences parfois cachées.

De ce fait, vous pouvez vous faire aider d’un expert en recrutement. Passer par un intermédiaire peut rendre l'exercice plus abordable pour le candidat. De plus, le recruteur est habitué à s’adapter et faire apparaître les savoir-être du jeune recruté. En cela, je peux vous accompagner.

 

Son arrivée

Recruter un alternant nécessite un bon onboarding comme si vous recrutiez n’importe quel autre collaborateur. Pour cela, je vous renvoie vers l’article sur le sujet.

En complément d’une intégration classique d’un nouveau collaborateur, il y a deux aspects à prendre en compte.

D’un côté, il faut former les tuteurs des alternants car les jeunes ont besoin d'un accompagnement et d’un soutien en entreprise pour comprendre les enjeux de la vie professionnelle. En effet, il s’agit d’un milieu qu’ils découvrent presque totalement. Embaucher un alternant nécessite un suivi et une organisation particulière.

D’un autre côté, nommer un salarié tuteur d’un alternant c’est faire preuve d’une marque de confiance envers ce collaborateur et de lui permettre de s’initier au management. Cela peut être un tremplin vers une évolution interne de chef d’équipe ou responsable de service.

Son intégration

Pour que le jeune conserve sa motivation, il est conseillé de l’impliquer dans des prises de décisions qui concernent son projet et de l’intégrer dans les réunions en tant que spectateur dans un premier temps. Une fois que le tuteur le sent plus à l’aise, il peut demander au jeune de faire des premières interventions courtes puis plus conséquentes.
 

Son départ

 

Si vous ne souhaitez pas garder un alternant à la fin de son contrat pour quelque raison que ce soit, il faut en discuter avec lui et ne pas le prendre au dépourvu. Cela lui évitera de se faire de fausses illusions.

Par contre, si vous souhaitez le garder et lui proposer un CDI, ne tardez pas à échanger avec lui sur le sujet car n’ayant pas de vos nouvelles, il peut très bien chercher du travail de son côté pour ne pas démarrer sa carrière sur un échec.

 

L’alternance n’est pas un piège

Comme tous les contrats, il est possible que celui qui vous lie à l’alternant soit rompu. La rupture peut se faire librement pendant les 45 jours de la période probatoire. Ces 45 jours ne comprennent que les jours passés dans l’entreprise. Dans ce cas, il n’est pas obligatoire de produire une quelconque raison, que la rupture soit à l’initiative de l’entreprise ou de l’alternant. De plus, il n’y a pas non plus de préavis.

La rupture doit être notifiée par écrit au CFA en charge de la formation, auprès de l’organisme qui a enregistré le contrat et à la DREETS.

Au-delà de la période probatoire, la rupture peut se faire d’un commun accord. Elle peut également être à l’initiative de l’employeur ou de l’alternant sous certaines conditions. Cela fera l’objet d’un prochain article.

 

Ce qu’il faut retenir…

Il y a des avantages et des inconvénients à l’alternance. Quand les arguments sont posés et que la décision est prise, l’alternant doit être considéré comme un employé à part entière sans que l’une ou l'autre partie ne soit contrainte si le binôme alternant / entreprise venait à dysfonctionner.

Dans tous les cas, le diplôme ou titre obtenu à l’issue d’une alternance ne correspond pas à une reconnaissance au rabais. Au contraire, l’expérience pratique acquise pendant le cursus valorise le diplôme aux yeux des professionnels.

Pour vous aider à prendre la décision en connaissance de cause, faites vous accompagner.

 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Les indicateurs

27 Sep 2022

Mon expérience dans l’industrie m’a souvent amené à utiliser des indicateurs. Que ce soit en tant que responsable qualité qui doit assurer le management du système qualité ou en tant que responsabl...

Le livret d’accueil

20 Sep 2022

Dans mon blog, vous avez peut-être eu l’occasion de lire l’article sur le Onboarding. Sinon je vous invite à y jeter un œil.
Pourquoi je vous parle de cet article ? Car l’accueil d’un nouveau colla...

L’entretien annuel

12 Sep 2022

Dans la série des outils de communication et de management, je vous propose un élément supplémentaire. L’entretien annuel est de plus en plus courant et comme les autres outils de management, il pe...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de FNAE

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.